Les plus beaux monuments à visiter et à découvrir en Andalousie

L’Andalousie est l’une des régions espagnoles qui compte le plus grand nombre de sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : certains très célèbres, d’autres moins. Il faut toutefois y ajouter les trois actifs incorporels, c’est-à-dire ceux qui représentent et caractérisent la culture et les coutumes de la région. Dans un monde où la plupart des choix sont standardisés, le secteur culturel dispose également de sa propre certification de garantie, la marque Unesco. Aujourd’hui, les reconnaissances matérielles de l’UNESCO pour les pays européens ont ralenti leur rythme, étant donné la grande différence quantitative avec les autres continents du monde. C’est pourquoi toutes les nouvelles candidatures andalouses, telles que la cathédrale de Jaén ou le parc archéologique de Medina Azahara, n’auront pas la vie facile.

Le patrimoine matériel de l’UNESCO en Andalousie :

  • Alhambra, Generalife y Albaicín (Grenade – 1984, agrandi en 1994) : le complexe monumental de l’Alhambra et du Generalife est le patrimoine culturel le plus visité d’Espagne avec 2,4 millions de visiteurs par an. Si vous ajoutez à cela le merveilleux quartier d’origine arabe de l’Albaicín, vous découvrez la raison de cette reconnaissance de l’UNESCO.

“Situés sur deux collines adjacentes, l’Albaicín et l’Alhambra représentent le centre médiéval de Grenade, qui domine la ville moderne. Dans la partie orientale de la forteresse et résidence royale de l’Alhambra se trouvent les merveilleux jardins du Generalife, maisons de campagne des émirs qui ont régné sur cette partie de l’Espagne aux XIIIe et XIVe siècles. Le quartier de l’Albaicín conserve une riche série de bâtiments en mûre qui se fondent harmonieusement avec l’architecture traditionnelle andalouse”. (UNESCO/ERI)

  • Centre historique de Cordoue (Cordoue – 1984, agrandi en 1994) : le monde pense souvent à tort qu’à Cordoue, seule la Mezquita-Cadetral est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. D’autre part, dans cette ville située sur les rives du Guadalquivir, tout le centre historique a reçu le sceau de l’UNESCO.

“La période de gloire de Cordoue a commencé au VIIIe siècle après la conquête mauresque, avec la construction de quelque 300 mosquées et d’innombrables palais et bâtiments publics. La splendeur de la ville rivalise avec celle de Constantinople, Damas et Bagdad, bien plus grandes. Au XIIIe siècle, à l’époque de Ferdinand III, la grande mosquée a été transformée en cathédrale chrétienne et de nouveaux bâtiments défensifs ont été construits, comme la tour de la forteresse de Calahorra et l’Alcazar de los Reyes Cristianos”. (UNESCO/ERI)

  • Cathédrale, Alcázar et Archivo de Indias de Sevilla (Séville – 1987) : peut-être que le centre historique de Séville, comme celui de Cordoue, mériterait d’être pleinement reconnu par l’UNESCO. Cependant, pour l’instant, seuls ces trois monuments figurent sur la liste prestigieuse. En vérité, Séville est plus proche de la perte de la reconnaissance de l’UNESCO que de l’élargissement.

“Ces trois bâtiments forment un ensemble monumental remarquable au cœur de Séville. La cathédrale et l’Alcazar sont deux témoignages exceptionnels de la civilisation almohade et de la Séville chrétienne, dont l’art était très riche en influence mauresque depuis la reconquête de la ville (1248) jusqu’au XVIe siècle. L’ancien minaret de la Giralda, une œuvre prestigieuse de l’architecture almohade, est situé le long d’un côté de la cathédrale. Cette église à cinq nefs est le plus grand bâtiment gothique d’Europe et abrite la tombe colossale de Christophe Colomb (une parmi d’autres). Dans l’ancien marché, devenu l’Archivo de Indias, sont conservées de précieuses ressources documentaires des colonies espagnoles en Amérique”. (UNESCO/ERI)

  • Parc naturel de Doñana (Huelva, Séville, Cadix – 1994, étendu en 2005) : tout le monde ignore que les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO peuvent être culturels, naturels ou mixtes. Le seul patrimoine naturel reconnu par l’UNESCO en Andalousie est cette zone protégée qui longe le fleuve Guadalquivir, principal axe géographique de la région.

“Situé en Andalousie, le parc de Doñana occupe la rive droite de l’embouchure du fleuve Guadalquivir, à proximité de son entrée dans l’Atlantique. Elle est connue pour la variété de ses biotopes : lagunes, marais, maquis, maquis méditerranéen et dunes mobiles et permanentes. Il est l’habitat de cinq espèces d’oiseaux menacées, abrite l’une des plus grandes populations de hérons de la région méditerranéenne et sert d’abri hivernal à plus d’un demi-million d’oiseaux aquatiques”. (UNESCO/ERI)

  • Art rupestre de l’arc méditerranéen de la péninsule ibérique (Jaén, Almeria, Grenade – 1998) : c’est certainement le patrimoine de l’UNESCO le moins connu en Andalousie. Un honneur partagé avec d’autres régions d’Espagne et que l’on retrouve dans trois provinces andalouses : 42 sites dans la province de Jaén, 25 sites dans la province d’Almeria et 2 sites dans la province de Grenade. Parmi les plus pertinentes, on peut citer les inscriptions que l’on trouve à Vélez Blanco (Almeria).

“Situés sur la côte méditerranéenne de la péninsule ibérique, ces sites d’art rupestre remontent à la fin de la préhistoire. Ils constituent un groupe d’une importance exceptionnelle, dans lequel une étape cruciale du développement de l’être humain est représentée par des peintures qui, en raison de leur style et de leur thème, sont uniques”. (UNESCO/ERI)

  • Ensemble monumental de la Renaissance d’Úbeda et Baeza (Jaén – 2003) : c’est l’avant-dernier patrimoine matériel reconnu en Andalousie. Úbeda et Baeza témoignent du beau mais semi-inconnu patrimoine culturel de la province de Jaén. Plus précisément, dans ces deux pays, les monuments de la Renaissance se distinguent.

“La configuration urbaine des deux petites villes d’Úbeda et de Baeza dans le sud de l’Espagne remonte à la période de la domination arabe (9e siècle) et de la Reconquête (13e siècle). Au XVIe siècle, les deux villes ont connu des changements importants, effectuant des rénovations inspirées du style Renaissance. Ces transformations urbaines sont dues à l’introduction en Espagne de nouvelles idées humanistes venues d’Italie et ont eu une grande influence sur l’architecture de l’Amérique latine”. (UNESCO/ERI)

  • Le complexe du Dolmen d’Antequera (Malaga – 2016) : c’est le dernier site du patrimoine mondial de l’UNESCO reconnu en Andalousie. Grâce à un effort fantastique de la municipalité, le Dolmen, le Torcal et la Peña de los Enamorados ont été intégrés à la sélection restreinte des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Situé au cœur de l’Andalousie, dans le sud de l’Espagne, le site comprend trois monuments mégalithiques : les dolmens Menga et Viera et les Tholos d’El Romeral, et deux monuments naturels : la Peña de los Enamorados et les formations montagneuses d’El Torcal, qui sont des points de repère dans la propriété. Construits au Néolithique et à l’âge du bronze à partir de grands blocs de pierre, ces monuments forment des chambres aux toits à linteaux ou à fausses coupoles. Ces trois tombes, enterrées sous leurs tumulus de terre d’origine, sont l’une des œuvres architecturales les plus remarquables de la préhistoire européenne et l’un des exemples les plus importants du mégalithisme européen”. (UNESCO/ERI)

Le patrimoine immatériel de l’UNESCO en Andalousie :

  • Flamenco (2010) : ce genre musical typiquement andalou a été reconnu par l’UNESCO comme un patrimoine immatériel de l’humanité. Un style musical qui va au-delà du chant et de la danse et qui a ses propres racines culturelles fortement liées au territoire et aux personnes qui ont vécu en Andalousie : Maures, Juifs, Tziganes.

“Le flamenco est une expression artistique résultant de la fusion de la musique vocale, de l’art de la danse et de l’accompagnement musical, respectivement appelés “cante, baile y toque”. Le lieu de naissance du flamenco est la région d’Andalousie, dans le sud de l’Espagne, également enracinée dans des régions comme Murcie et l’Estrémadure. Le chant flamenco est généralement interprété par une seule personne assise, qui peut être un homme ou une femme. Elle exprime une gamme de sentiments et d’humeurs sincères (douleur, joie, tragédie, plaisir, peur), à travers des paroles expressives caractérisées par la brièveté et la simplicité. “El baile Flamenco” est une danse de passion et de courtoisie, elle exprime également une gamme d’émotions, allant de la tristesse à la joie.

Sa technique est complexe et l’interprétation varie en fonction de celui qui l’interprète : si un homme danse avec une grande force, en utilisant principalement ses pieds ; et si une femme peut faire des mouvements plus sensuels. La touche de guitare flamenca a évolué vers son rôle original d’accompagnement du chant. La musique est composée d’autres instruments tels que les castagnettes, les mains et les talons. Le flamenco est pratiqué à l’occasion de fêtes religieuses, de rituels, de cérémonies et de fêtes privées. C’est un signe d’identité de nombreux groupes et communautés, en particulier la communauté tsigane, qui a joué un rôle fondamental dans son évolution. La transmission du Flamenco se fait au sein des dynasties d’artistes, des familles, des clubs de flamenco et des groupes sociaux, qui jouent un rôle clé dans la préservation et la diffusion de cet art”. (UNESCO/ERI)

  • Le régime méditerranéen (2010, élargi en 2013) : la gastronomie est un élément qui caractérise l’Andalousie. Comme dans tous les autres États du bassin méditerranéen qui font partie de cette reconnaissance de l’UNESCO, le régime alimentaire andalou présente des aspects de valeur non seulement du point de vue nutritionnel et sanitaire, mais aussi culturel et social.

“Le régime méditerranéen est constitué d’un ensemble de connaissances, de compétences pratiques, de rituels, de traditions et de symboles liés aux cultures et à l’agriculture, à la pêche et à l’élevage, ainsi qu’à la manière de conserver, transformer, cuisiner, partager et consommer les aliments. L’acte de manger ensemble est l’un des facteurs fondamentaux de l’identité et de la continuité culturelle des communautés du bassin méditerranéen. C’est un moment d’échange social et de communication, ainsi que d’affirmation et de renouvellement des liens qui constituent l’identité de la famille, du groupe ou de la communauté.

Cet élément du patrimoine culturel immatériel met en évidence les valeurs d’hospitalité, de bon voisinage, de dialogue interculturel, de créativité et d’un mode de vie guidé par le respect de la diversité. Elle joue également un rôle fondamental dans le facteur de cohésion sociale dans les espaces culturels, les festivals et les célébrations, en rassemblant des personnes de tous âges, de toutes classes et de toutes conditions sociales. Elle couvre également des secteurs tels que l’artisanat et la production d’emballages, le stockage et la consommation de denrées alimentaires, comme les assiettes et les verres en céramique.

Les femmes jouent un rôle fondamental dans le transfert des compétences et des connaissances liées au régime méditerranéen, en sauvegardant les techniques culinaires, en respectant les rythmes saisonniers, en préservant les festivités du calendrier et en transmettant les valeurs de ces éléments aux générations futures. Parallèlement, les marchés alimentaires locaux jouent un rôle clé en tant que centres culturels et lieux de transmission du régime méditerranéen dans la pratique quotidienne des échanges, en favorisant l’harmonie et le respect mutuel”. (UNESCO/ERI)

  • La Fête de la Cour de Cordoue (2012) : l’une des festivités du très riche mois de mai à Cordoue. Avec cette initiative, outre le concours du plus beau patio, les gens célèbrent l’importance que le rôle du “quartier” a joué dans l’histoire de Cordoue et des villes andalouses en général.

“Début mai, et pendant douze jours, la fête des cours a lieu à Cordoue. Les cours sont des logements collectifs habités par différentes familles ou groupes de logements individuels, qui ont une cour commune et sont situés dans le vieux centre ville. Les cours sont décorées d’innombrables plantes de multiples variétés soigneusement et agréablement disposées. Le festival comprend deux événements principaux : le Concours des Patios et le Festival Patio de Córdoba.

Les prix du concours sont déterminés en fonction des différentes plantes et décorations florales des cours, ainsi que le prix supplémentaire pour les clôtures et les balcons. Les cours participant au concours sont ouvertes au public pendant toute la durée de l’événement. Ce spectacle est principalement organisé dans de grands Patios, où sont interprétés les chants et la musique populaire de Cordoue, en particulier les chants et les danses flamenco. Les voisins, leurs familles et leurs amis se réunissent pour décorer les terrasses, qui deviennent des lieux de divertissement et une fête collective où tout le monde mange et boit ensemble.

Le Festival Patio de Córdoba, quant à lui, promeut le rôle de la cour comme lieu de rencontre interculturel et encourage un mode de vie durable, basé sur la création de liens sociaux forts, de réseaux de solidarité et d’échanges entre voisins, stimulant l’acquisition de connaissances et le respect de la nature”. (UNESCO/ERI)